Initiée par la Financière Manuvie en partenariat avec Bénévoles Canada, l’étude pancanadienne de 2010, menée par le Centre de recherche et de développement sur le secteur bénévole de l’Université Carleton, se penche sur les changements marquant la culture des bénévoles du Canada. [1] Cette étude porte plus précisément sur les bénévoles appuyés par leur employeur en mettant l’accent sur ce que ces derniers recherchent dans leurs expériences bénévoles. Elle tente également d’identifier les problèmes rencontrés lors de la recherche d’activités bénévoles tout en s’interrogeant sur la contribution des deux parties (bénévoles et organismes sans but lucratif) à l’amélioration de l’expérience bénévole et de la qualité de vie des collectivités. [2]

Le bénévolat : qu’en disent les employés?

Toujours selon l’étude, « les employés [percevraient] souvent le bénévolat comme un moyen de créer un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, d’acquérir des compétences et de servir une cause en laquelle ils croient ». [3] Ils décriraient également le bénévolat comme un devoir personnel leur permettant d’utiliser leurs compétences et leurs talents aux fins de réalisation d’un objectif commun. [4]

Les activités bénévoles : lesquelles intéressent les employés?

Parmi les activités bénévoles qui intéressent plus particulièrement les employés, on y retrouve notamment celles qui leur permettent d’acquérir des compétences, celles leur permettant d’accomplir des tâches différentes de celles effectuées dans le cadre de leur emploi, mais aussi, celles qui favorisent l’esprit d’équipe. [5] De plus, ils préfèreraient les activités bénévoles permettant un engagement bénévole substanciel, où la hiérarchie rigide propre au milieu de travail laisse place à l’égalité. [6]

Tendances

L’étude pancanadienne de 2010 a fait ressortir plusieurs tendances généralement perçues chez la majorité des bénévoles d’aujourd’hui, qu’ils soient appuyés par leur employeur ou non. En effet, les bénévoles d’aujourd’hui seraient plus orientés vers des objectifs précis. Ils seraient davantage autonomes et plus à l’aise avec les technologies. [7] Concernant le bénévolat en général, celui-ci serait notamment « une façon d’acquérir des compétences en gagnant de l’expérience ou en faisant partager son expérience aux autres ». [8] Il est également important de souligner que le bénévolat est souvent le résultat d’une démarche personnelle fondée sur les préférences et les motivations individuelles. [9] Finalement, il en ressort que le bénévolat de groupe est particulièrement attrayant pour les personnes souhaitant développer ou élargir leur réseau social et professionnel. [10]

Conclusion

À la lumière des faits relatés dans cette étude, il est important de constater que le bénévolat vise non seulement à soutenir la collectivité, mais qu’il permet aussi de développer et de mettre en œuvre des talents et des compétences individuelles. Qu’il soit appuyé par un employeur ou qu’il résulte d’une démarche personnelle, le bénévolat a sa place dans la société et il contribue grandement à l’enrichissement et à l’amélioration de la qualité de vie des communautés.

 

Source :

[1] à [10] : Bénévoles Canada. 2010. « Tisser des liens avec des bénévoles appuyés par leur employeur ». En ligne. http://www.benevoles.ca/download/file/fid/2245

Crédit photo : savarkarmandal.org